• Dominique Delaporte

Chef d'entreprise peut il s'accorder au féminin ? Métier ou fonction ?


Écrire cet article m’a pris pas mal de temps, bien plus que je ne l’avais imaginé. Je me suis montrée bien optimiste et peut être un peu inconsciente en parlant de genrer ou non l’expression « chef d’entreprise ».

Dans un article précédent j’expliquais que je me présentais dorénavant comme « Conseil en développement commercial » et non plus comme Chef d’entreprise, qui ne veut rien dire pour celui ou celle qui ne l’est pas. En effet quand vous parlez de votre coiffeur/coiffeuse, vous ne dites pas d’elle ou de lui : c’est un chef d’entreprise. Idem pour votre expert-comptable. Vous les identifier par leur métier : coiffeur-se ou expert-comptable (une comptable experte ?). Les métiers se féminisent, mais pas les fonctions.


Voilà qui m’interpelle : Chef d’entreprise ne serait pas un métier mais une compétence particulière ? un statut ? un poste ? une fonction ?


Comme d’habitude pour me faire une opinion de l’existant, j’ai fait une revue de littérature, c’est-à-dire que j’ai cherché sur le net des articles, des thèses sur la féminisation des mots. Et c’est l’Académie Française qui emporte le débat ! et bien sûr, je me suis alignée sur leur décision.


Le Monde -28/02/2019 Raphaelle Rérolle –

« Chef », « chèfe », « cheffesse », « cheftaine » ou « chève »

Restent les noms qui posent problème. A commencer par « chef », qui a donné lieu à la création de formes féminines très diverses : « la chef », « chèfe », « cheffesse », « cheftaine » ou même « chève » (comme brève). Quoique n’appartenant pas de manière évidente au « bon usage », concluent les académiciens, c’est pourtant le mot « cheffe » qui l’emporte, car il est le plus employé.


Donc pirouette / cacahouète, plutôt que de m’intéresser au mot chef qui pose toujours problème, je reformule ainsi la question :« chef d’entreprise » est-il un métier et peut il être féminisé par voie de conséquence ?


Dans plusieurs articles, dans le tome 1 de mon Manuel de survie du créateur d’entreprise (9éditions) j’exprime l’idée que « chef d’entreprise » est un attitude, un comportement, un style de vie professionnel, une compétence mais pas un métier.


Pour cela je me suis appuyée d’une part sur le fait que le RNCP ne reconnait pas de formation intitulée « chef d’entreprise » et sur des écrits comme celui de Claire Tourmen www.cairn.info/publications-de-Claire-Tourmen--26228.htm) qui corrobore le fait que Chef d’entreprise n’est pas un métier …

Alors ? Si ce n’est pas un métier, c’est un statut ? un rôle ? un grade ? une fonction ? Et là je m’appuie encore sur un texte de l’Académie Française


Le Monde / Raphaëlle Rérolle du 29/02/2019

Enfin, pour les fonctions, les Immortels rappellent que « contrairement au métier, une fonction est distincte de son titulaire et indifférente à son sexe – elle est impersonnelle car elle ne renvoie pas à une identité singulière, mais à un rôle social, temporaire et amissible, auquel tout individu peut, en droit, accéder (…). On n’est pas sa fonction, on l’occupe. » Idem pour les grades.


Et voilà ! J’ai utilisé une procédure classique : exposé de l’hypothèse, revue de littérature, et validation de l’hypothèse.


Cet article appelle certainement des commentaires de la part de vrais professionnels, ce que je ne suis pas … ! Je les en remercie par avance.


J’ai déposé les textes cités en référence, dont l’article du Monde du 29/02/19 sur mon site sur la page "documents" de ce site.


Photo adeolu-eletu-Unsplash

0 vue
  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

©2019 by Dominique Delaporte. Proudly created with Wix.com