• Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

©2019 by Dominique Delaporte. Proudly created with Wix.com

  • Dominique Delaporte

Aujourd'hui : le scrum !


J’avais déjà écrit un article à l’attention de Rémy, grand amateur de football, article lié au plafond de verre atteint par un certain entraineur de foot, objet de notre discussion. La conclusion était que chacun d’entre nous reproduit toujours le même schéma : vous, moi, ce fameux entraineur, Mozart ou JJ Goldman.

Cette fois, cet article est dédié à Serge, quant à lui grand amateur de rugby. La coupe du monde s’est terminée il y a peu et le titre de cet article va faire sourire les amateurs de rugby.

Récemment, j’ai entendu un Chef d’entreprise parler de scrum. Réservé autrefois à la gestion de projets informatiques, ce mot est passé d’abord dans la gestion de projet tout court et maintenant dans la gestion d’entreprise et des équipes en général.

Le « scrum » en rugby est le mot anglais pour mêlée : une action collective au cours de laquelle l’équipe pousse l’ensemble dans le même sens.


Au scrum on trouve souvent associé le mot agile auquel j’ai consacré un article en janvier 2019, deux mots issus du même domaine de management. J’avais évoqué l’innovation et l’écoute des marchés comme facteurs clés de l’agilité.

Je dois élargir cette définition vers l’auto-organisation et l’intelligence collective puisque dans la littérature, l’agilité leur est associée, auxquels j’ajoute, adaptation pour plus de compréhension.

Imaginez une boule de neige qui descend la pente et qui devient une avalanche : la boule de neige s’auto-alimente de son mouvement, de son poids et de la neige qu’elle prend sur son passage. C’est l’effet scrum.

Cela m’a rappelé un roman de science-fiction de Michael Chrichton[1] intitulé « La Proie » dans lequel, de mémoire, le groupe autoapprenait des individus pour former une nouvelle entité indépendante des individus eux même, comme les essaims. Je me souviens que ce livre sur l’évolution des nanotechnologies m’avait fait peur, il y a plus de 15 ans...

Tout est dit. Facile non ? Une vieille méthode de management remise au gout du jour, simplement en changeant de nom car comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois : « c’est dans les vieux pots qu’on fait les meilleures soupes ». Mais cela fait marcher le commerce ...

Photo Olga-Guryanova- Unsplash

[1] La Proie (titre original : Prey) est un roman de science-fiction américain de Michael Crichton, publié en 2002.

Le livre touche à des thèmes relativement récents dans la communauté scientifiques tels que la vie artificielle et les nanotechnologies. Des champs tels que la dynamique des populations et la coévolution entre hôtes et parasites sont aussi au centre de l'intrigue. Wikipedia.

2 vues