Innover c'est développer l'entreprise.

« A toute chose, malheur est bon ! » disait mon grand-père.

Sans être ni économiste, ni journaliste, juste Chef d’entreprise, j’ai comme l’intuition que les grèves des transports parisiens peuvent devenir le catalyseur d’une évolution dans les méthodes de travail des entreprises.

Tous ces salariés qui se bousculent dans les couloirs du métro ou qui passent des heures dans leur véhicule devraient inciter les entreprises à revoir les lieux et temps de travail.  Les possibilités du numérique sont sans limite...

Je me permets de faire quelques propositions d’abord sérieuses puis un peu plus « loufoques » ...

  • Supprimer toute réunion physique et généraliser la visio-conférence. Je l’ai expérimentée et cela fonctionne tout à fait bien. Quand il y a besoin d’envoyer des échantillons, il suffit d’y penser quelques jours plus tôt ou d’utiliser une imprimante 3D.

  • Développer le télétravail ou travail à distance. Je l’ai aussi expérimenté : cela fonctionne très bien si l’on reste en contact physique (par Skype ou visio ?) de temps en temps lors de regroupement. Être tout seul, c’est insupportable quand on travaille en équipe ! (Oxymore ?). On pourrait vider La Défense ...mais quid des 4 Temps ?

  • Idée loufoque ? installer dans chaque mairie pour que les enfants puissent suivre à distance les cours de la maitresse quand il n’y a pas de ramassage scolaire !

  • N’autoriser  : artisans et certains commerçants. Réinventer le camion du boucher ou du boulanger voire du poissonnier. On est à l’heure des livraisons à domicile ... A généraliser. Sauf pour les soins, les plombiers, les coiffeurs, et autres électriciens et entreprises de service...

  • Obliger à faire travailler des artisans et des entreprises de service S’ils sont vraiment plus cher que les filiales nationales, étudier des aides par la Mairie qui pourrait négocier des offres groupées. Multiplier

  • Multiplier les points-services de quartier : la poste, impôts, la sécu... dans des magasins d’alimentation de proximité par exemple. Ou encore utiliser les locaux déjà existants comme les CCAS. Si pas possible : faire des salles de visio dans les mairies ou les CCAS.

  • Imposer une monnaie locale : cela obligerait à faire travailler les commerçants et les artisans locaux.

  • Pousser les « je tonds ta pelouse pendant que tu donnes 2h d’anglais à mes enfants »

Aucune limite à l’imagination ! Tout est possible...

  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

©2019 by Dominique Delaporte. Proudly created with Wix.com